La littérature comme expériences, chantiers ouverts

L’attraction pour ne pas dire la séduction qu’exerce sur moi la catégorie des « carnets » m’incite une nouvelle fois – après le protocole original de ma thèse qui incluait dans le corpus d’étude mon propre carnet de lectrice – à m’aventurer dans l’expérience de l’enquête immergée… immergeante… mise en abyme… Cette posture de mise à l’épreuve, puis d’analyse des résultats personnels en résonance avec d’autres sources phénoménologiques, je l’ai appelée pour les besoins en didactique de la littérature, l’autolecture (2010). Dès lors, d’autres chercheures (Stéphanie Lemarchand, Bénédicte Milcent…) se sont emparées de la notion proposée, montrant ainsi la nécessité de la préciser et d’en approfondir le caractère opératoire. C’est donc dans une logique, ou plus exactement une dynamique d’autolecture que je souhaite ouvrir un Carnet de recherche en ligne. L’objectif n’est pas strictement prédéfini, les enjeux se dévoileront en cours de processus, il n’est pas garanti que ce travail sera convainquant, utile et définitif… Mais l’exploration et la réflexivité faisant partie du champ de mes enquêtes, je me donne presque comme un devoir déontologique celui de m’y exposer. Les points d’ancrage qui aiguillent ce travail de réflexivité s’entrelacent, mais on peut risquer une liste: – la lecture de poésie contemporaine – les pratiques multimodales numériques et créatives en littérature – l’enseignement et la médiation de la littérature aujourd’hui – les carnets d’écrivains.


1 réflexion sur « La littérature comme expériences, chantiers ouverts »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.