Y a-t-il un commencement?

26 novembre 2016

Aussi loin que… Si je regarde en arrière… Ce chemin sinueux… Un effet de rétroviseur « flouté »…

Interroger une démarche en cours, dans cette éternelle sensation de recommencement, s’accompagne de la recherche (vaine) d’une origine. Oui il y a un moment où lire et enseigner ne suffisent plus à donner du sens. Une question, un paradoxe, un noeud récalcitrant imposent une bouchée double, un pas de côté, requièrent un élévateur d’occasion. Cette question, ce fut peut-être celle d’un collégien porte-voix de tant d’autres (et de la mienne) : « Mais madame, si le JE dans un poème n’est pas un narrateur, alors, qu’est-ce que c’est? ». SILENCE.

Il aura peut-être suffi de rester perplexe face à la question pour que l’élan de la recherche s’impose. Non pas pour trouver la réponse, mais réveiller la bonne question. Rabaté, Collot, Combe ont permis de colmater un peu mon silence face à la classe, mais pas vraiment la question… L’aiguillon resterait parce qu’il devenait un point de départ.

Pourtant, rechercher l’origine d’une recherche, le ferment actif qui finit par remplir tout un pan de vie reste une reconstitution a posteriori, une donnée évidemment fictionnalisée. Qu’importe? Ph. Lejeune nous en a assez informés, et les théories du récit de même. Raconter reconfigure, narrativiser une expérience sensible filtre le vécu au tamis des topoï autobiographiques.

La seule façon de contourner la sacralisation du départ, est peut-être de reconnaître qu’il y en a plusieurs. Or s’engager dans un parcours de chercheure en littérature, c’est puiser indéniablement dans le matériau autobiographique de son rapport aux livres, aux textes, à la langue.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.