En « Partages »

Découverte du matin, publication Facebook d’André Markowicz :

« Pour qui travaille la
—–lumière absente, qui,
en mouvement,
la sculpte, en rythme
impair, sa pulsation
—-de basse continue
dans le sang invisible, — pour
elle, un espace d’attente sans
personne,
——–à la croisée,
à suivre dans le carreau noir
———-une flamme oscillante
ou droite,
alors un presque cercle,
où elle se distingue, autour,
dans les étagements de la surface —
elle a le coude sur la table
————–et les travaux
ne sont pas même terminés.

Elle a laissé passer la porte sur sa face,
———————-ou juste un angle
et, au-delà,
qu’elle s’approche ou se retire
aussi lentement qu’elle
en est capable, ce
qui devrait être le couloir pour peu
————– qu’elle s’y plonge, s’y
résolve,
ensemble, et puis se recompose ; c’est
————————-le rythme noir
qui mène du regard au mur
de briques, par
imprégnation de ses contours,
pas un dessin de suie,
non, le dessin d’un souffle,
——-orange et jaune, l’or
terne de sa caresse, — le
visage la
dissipe et se détourne.

23-26 nov. 16

*

Je ne sais jamais s’il faut que je commente, ou que j’explique. — Disons que le texte est venu d’imaginer quelqu’un (une femme) se regarder dans un carreau, à la lumière d’une bougie. Imaginer l’apparition et la dissolution de son visage. »

Le travail d’André Markowicz sur son espace personnel Facebook relève indéniablement de la catégorie des carnets contemporains. Hétérogénéité générique, échos aux événements et aux confits sociaux, politiques, d’hier et d’aujourd’hui, travail de mémoire, subjectivité créative, argumentations en cours et prises de position, états premiers de textes de traduction ou de créations personnelles inédits, valorisation du travail de pairs, partage et réactions à l’expression des lecteurs… La conception de l’écriture selon André Markowicz comme un tout organique transgénérique trouve avec Facebook un format et un cadrage énonciatif singulier et porteur. La fragilité de l’archivage sur Facebook est compensée par l’engagement des éditions Inculte qui transforment les publications du journal en volumes papiers. Nous voici donc, « amis » usagers du réseau social (le plus léger, insipide voire pervers tel qu’il peut l’être parfois), invités dans l’atelier du poète-traducteur, du traducteur-poète, du chroniqueur-écrivain-traducteur…

Ce qui me retient tout autant que le texte du jour (c’est dimanche, on a le temps de lire et relire la chronique), c’est l’hésitation : « je ne sais pas si il faut que je commente ou que j’explique ». Que doit le poète à son texte, à ses lecteurs? Comment l’auteur se représente les besoins de ses lecteurs? Quelle parole seconde l’écrivain est-il à même de nous donner? À quel titre? À quelle fin?

La lumière de la bougie engendre des ombres. Le poème entre dans le clair obscur de la lecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.