Presser un texte expressif

Des questions que pose l’enseignement de la littérature me retiennent particulièrement celles que soumettent la voix et le corps dans l’affaire… Je ne parle pas du corps exhibé de l’enseignant, mimant son propre rôle ou adonné, avec une ferveur parfois généreuse, à la dépense de son propos… Non, je songe au corps du lecteur, à celui qu’il nous importe d’infuser de littérature, de mots inattendus, combinés de manières si particulières, de textes nouveaux pour lui, qui le décalent, le rebiffent parfois (il faut voir parfois les visages!)… Assouplir ces corps, les affermir, les brusquer un peu mais en confiance, avec chaleur, les faire traverser de souffles venus d’ailleurs et pourtant, finalement, très intérieurs…

De la maternelle à l’université, le texte rentre et tient par la bouche, il n’y a pas un pli là-dessus… On peut le regarder, l’admirer, le paraphraser, le méta-baratiner autant que l’on veut… le texte devient le sien quand il est exprimé de l’intérieur, son jus dans la gorge.

On peut discuter de l’adéquation des textes littéraires, de tous les textes, à la lecture orale: que fait-on de Garnier? des Spatialistes? de l’illisible? et de la poésie franchement métaphysique? d’une bonne part des Numériques? Ont-ils voix au chapitre? Jean-Pierre Bobillot écarte volontiers certains textes des possibilités de l’oralisation. Il a raison, mais je refuse d’avoir raison avec lui sur ce point. Il situe la question de l’oralisation dans une logique de corpus, de rapport minorants/minorés, de paradigme historique, alors que je persévère à l’appréhender du point de vue de la réception. La poésie dans les mots et les mots dans la bouche.

La voix et le corps ne sont pas que des outils, des organes, des mécaniques, voire des médium. Ils sont entremêlés d’imaginaire, de représentations, de fantasmes, de projections, de réactivité instinctive, difficiles à décoder. Il n’y a qu’à interroger les lecteurs sur les lieux et les positions qu’ils préfèrent pour lire… Ou encore constater avec surprise que les jeunes lecteurs d’aujourd’hui ont perdu tout fétichisme à l’égard du corps des auteurs… Moi qui m’émeus tellement d’une vidéo de Ghérasim Luca, je ne parviens pas à en garantir le partage avec des étudiants le jour-même où ils en font la découverte.

Donc : découvrir un texte par sa propre voix. Double altérité : le texte est l’autre qui entre en moi, je deviens cet autre qui approche l’oreille de mon auditeur avec ma langue. Erotique indéniable de la lecture. Montée palpable d’un désir. Sensualité des ateliers de mise en voix. Malaxation. Respirations. Prise de risque et résonance. Ces séances sont toujours fantastiques. On n’explique rien, on comprend tout, on ne comprend rien. On essaie. On bricole avec les bouches. On vit quelque chose. Et pas forcément au moment de la restitution. J’aime le brouhaha de ces temps de découverte, les voix s’essaient, fouillent le texte, prennent toutes les directions, circulent d’un niveau logique à l’autre. Le texte s’étale, s’exhibe sans retenue, prend des positions invraisemblables. Les oralisateurs prennent place, négocient, gagnent du galon, une belle écoute. Du sens surgit de façon inattendue. L’interprétation avance en crabe, il reste juste à passer le filet en dessous pour en faire la cueillette.

Reste, à l’université et ailleurs, à décoder ceci. Capter ce qui dans le processus gagne comme un avènement: expérience et connaissance. (Je ferai un point sur la notion d’événement, c’est trop tôt, ce n’est pas le moment. J’attends un article de Victor Martinez sur le sujet.)

Corps à corps et construction de savoirs. Tout ce qu’il reste à travailler!…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.