Carnets, 14 juillet 1951

“Je me suis résolu, ce matin, à employer la méthode que voici, laquelle consiste à écrire à peu près n’importe quoi et je dirais presque à écrire pour écrire, mais avec l’espoir que la préoccupation fondamentale, qui est celle du deuxième chapitre de La Délivrance, apparaîtra d’elle-même au bout d’un certain temps, entraînée par le flot, et qu’il n’y aura plus qu’à suivre dans le mouvement qu’on aura soi-même créé. Du reste, le fait d’écrire pour écrire comme je le fais en ce moment porte en soi sa propre vertu, ne serait-ce que par le fait de l’apaisement qu’il procure; c’est aussi là un moyen de sortir de la crispation ou, du moins, de lutter contre elle, et, ce matin, je le trouve bon.”

Louis Guilloux

Carnets, 1944-1974, Gallimard, p. 143



Citer ce billet
Nathalie Brillant Rannou (2016, 12 décembre). Carnets, 14 juillet 1951. La littérature comme expériences, chantiers ouverts. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3r4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.